U3C

Union Civique des Contribuables
Citoyens de Franche-Comté

Accès direct aux rubriques

Recherche sur le site


HISTORIQUE ET DEVELOPPEMENT DU TRAM

RETOUR AU DOSSIER TRAM

  • En 2005 la ville de Besançon et sa communauté d'agglomération décident de créer un réseau de transport en commun en site propre en installant un trolley bus :

    - la population desservie est estimée à 40 000 h et 17 500 étudiants avec un potentiel de trafic de 40 à 45000 voyageurs/jour.

    - Le matériel choisi est un trolleybus.

    - Le coût de l'investissement est estimé entre 80 et 100 M€ pour :


    - 34 trolleybus de 18 mètres
    - 32 stations équipées
    - reprises de voiries
    - dépôt spécifique
    - sans dévoiement de réseaux.

Lorsque Dijon, capitale régionale de Bourgogne, décide de faire un tram, le maire de Besançon, qui ne veut pas être en reste, veut que la capitale régionale de Franche-Comté soit elle aussi dotée d'un tram.

Pour convaincre plus facilement les élus, ces derniers  n'ont pas bénéficié d'une information objective, et c'est peu de le dire.

Dans les nouvelles délibérations les hypothèses de fréquentations sont révisées. Elles deviennent de 25 000 - 30 000 voyageurs dans l'hypothèse d'un trolleybus ou Bus à haut niveau de service et de 40 000 - 50 000 voyageurs dans l'hypothèse d'un tramway.

En 2005 le trolleybus était considéré comme un matériel à forte capacité, en 2008  seul un tramway serait apte à répondre à une augmentation ultérieure de la fréquentation. Affirmation fondée sur aucune démonstration.

Si la délibération de 2005 fait état de 34 rames de trolleybus, la délibération de 2008 ne définit pas le nombre de rames de tramway ce qui ne permet pas de connaître ni le potentiel de transport ni le coût d'une rame. Il faudra attendre la délibération du 12 mai 2011 pour connaître le nombre de rames : 19. Il est à noter qu'il est de 20 dans le rapport des commissaires enquêteurs : A budget égal on est passé en catimini de 20 à 19 rames.

Avec 34 rames, le trolley avait un potentiel de transport très supérieur au tram avec 19 rames.

En 2005 le trolley devait coûter entre 80 et 100 M€.
En 2008 le projet de tram est estimé à 210 M€ valeur 2008, et 235 M€ valeur 2014

En 2011 il est estimé à 228 M€ valeur 2008 mais il passe à  241,5M€ valeur 2015. En 2012 il est encore de 228 M€ valeur 2008, mais il passe à 261,8M€ valeur 2015. Finalement il aurait été réalisé pour 252 millions d'où de nombreux cocoricos sur un coût inférieur aux prévisions !!!

L'enquête publique s'est réalisée alors que les travaux de dévoiement de réseaux étaient en cours ce qui a dû conduire de nombreux citoyens à ne pas participer à une enquête pour s'exprimer sur un projet en cours de réalisation. Malgré tout, de nombreuses remarques sont consignées sur son utilité et son coût. Mais c'est celle d'une « association d'usagers » qui semble avoir été retenue : Certains soulignent que ce type de solution (BHNS ou tram sur pneu) ne donnera pas l'impression d'un réel changement !!!

Ainsi, au nom d'une « impression » le coût a été multiplié par trois !

Pour aider les élus dans leur décision les textes ont introduit un ratio : le TRI, taux de rentabilité interne. Il a pour objet d'être un « outil d'aide à la décision ». Cet « outil » n'a pas été communiqué aux élus dans les rapports qui leurs ont été remis !!! Il est vrai qu'il est 3,2 % alors que le minimum requis pour qu'un projet soit considéré « d'utilité publique » est de 4 %.

Les travaux nuisant ont été terminés quelques mois avant les élections municipales et le tram a été mis en service le premier septembre 2014. Autrement dit pile poil en matière électorale.

Maintenant la réalité apparaît. Le coût de gestion d'un tram étant très élevé, il faut, pour compenser, faire d'importantes économies sur le service bus ce qui a conduit à de très nombreuses réclamations suite à la dégradation du service.

 

LE BILAN

 

Dans le rapport du service transport pour l'exercice 2014, présenté au conseil communautaire de septembre 2015 :

- Seuls les voyages « comptables » sont présentés alors que ce sont des voyages plus ou moins virtuels !!! Ils sont de 22 30 7 000 alors qu'ils étaient de 23 946 000 en 2010. Toutes les années précédentes figuraient aussi les voyages « comptés ».

( Les « voyages comptés » sont issus des comptages dans les bus, les voyages comptables sont calculés sur la base de clés de mobilité par titre vendu.)

- Sur les 4 derniers mois il y a eu 8 735 113 voyages « comptables ».

Cette importante diminution du nombre d'usagers sur l'année s'est matérialisée par des recettes en faible augmentation malgré une hausse de 20 % des titres de transports entre 2011 et 2014.

- Le tram a aussi conduit à une forte hausse des charges d'exploitation qui sont passées de 8 963 k€ en 2013 à
9 434 k€ en 2014.

- Les charges de personnel sont passées de 22 525 k€ à 25 265 k€.

- Le personnel est passé de 474 dont 359 conducteurs en 2012 à 522 dont 364 conducteurs en 2014 : Soit 48 emplois en plus dont seulement 5 conducteurs !

- Le taux de couverture recettes commerciales/charges d'exploitation est passé de 28,5 % en 2011 à 25,4 % en 2014.

Cette situation financière a nécessité une augmentation de la dotation publique qui est passée de 21 021 k€ en 2013 à 23 597 k€ en 2014 et à un déficit de 3 190 k€ qui fera pour l'avenir l'objet d'une renégociation avec l'exploitant, donc d'une augmentation de la dotation publique. !!! La billetterie a fait l'objet d'une hausse de 10 % au début 2015, soit 30 % réparties en quatre hausses depuis le début de la réalisation du projet.

La mise en service du TRAM a conduit à une très importante diminution du parc de bus qui passe de 177 à 19 rames de tram et 150 bus dont ceux réservés au plan B.  Il est à noté que le nombre de ces bus réservés au plan B ne sont pas communiqués. Cette très importante diminution du nombre de bus disponibles pour les usagers a conduit à une détérioration importante du service dans de nombreux quartiers avec les mécontentements qui se sont massivement exprimés.

Dans les 4 derniers mois le nombre de voyages ont augmentés de 3 % par rapport à 2011 et de 17 % par rapport à 2013. Les progressions les plus importantes portent sur :

- Les abonnements sociaux, + 71 % /2013 à tarif très préférentiels.
- Les ventes de tickets et de cartes de voyages. L'augmentation des tickets est due en grande partie à des personnes qui ont voulu « faire un tour de tram ». Elle ne devrait pas se retrouver en 2015.

Les abonnements diabolo, couple, famille et « autres » ont inversement fortement diminués.

Pour que les Citoyens ne puissent mesurer l'évolution négative du bilan, ce rapport ne fait pas figurer :

- Les kilomètres parcourus, les « voyageurs comptés » et le nombre de bus réservés au plan B.
- La vitesse commerciale des 4 derniers mois est présentée comme étant la « vitesse fixée » ???

« Rapport d'activité annuel 2014 Besançon mobilité »
Certains chiffres absents du rapport de septembre se trouvent dans  ce document réalisé par le délégataire Ginko. Dans ces 308 pages nous avons trouvé les informations suivantes absentes du rapport soumis aux élus.

 

La vitesse :

- des bus est de 16,9 km/h alors qu'elle était prévue à 18,2 km/h
- du tram est de 18,2 km/h alors qu'elle devait être de 20 km/h.

Il faut rappeler que la vitesse des bus en 2010 étaient de 17,36 km/h !! Ces vitesses démontrent que le TRI (taux de rentabilité interne) de 3,2 % annoncé dans l'enquête publique a été sur évalué !!! 300 millions d'€ d'argent public pour un tel résultat ?

Le trafic compté : les deux lignes du tram totalisent 2 975 216 voyages soit 24 387 voyages jour. Nous sommes très très loin des 43 000 voyages énoncés en 2011.

Le personnel du service maintenance est de 28 pour les 150 bus et de 18 pour les 19 rames de tram !!!

L'Est républicain du 19 décembre :

Il y est affirmé qu'il n'y a pas eu de hausse depuis septembre 2012 hormis la TVA qui est passée de 5,5 à 7%. Encore un mensonge, le prix du ticket est passé de 1,3€ à 1,4€ en début d'année 2015 : La seule incidence de la TVA aurais dû se matérialiser par un ticket à 1,32 €.
Il faut rappeler qu'il y a eu une augmentation en 2011 et deux en 2012 qui avaient fait passer le ticket de 1,10€ à 1,30€ !!!

Et notre maire de conclure  "Chaque année je consacre 12 à 13 millions d'euros sur un budget de 30 millions aux transports, c'est ma fierté. il faut bien rentrer dans ses frais à un moment ou à un autre et proposer des transports à haute qualité de service" … comme si cet argent sortait de sa poche !

Pour conclure : Maintenant que la réalité  du coût du tram apparaît, les mensonges se succèdent pour cacher la vérité au bon peuple. Ce projet avait été « vendu » avec l'objectif :

- « améliorer la vitesse et  d'augmenter la part de marché des transports collectifs ».
- « Pour les quartiers de Besançon et les communes non desservies directement par le tramway les lignes de bus existantes seront maintenues »

La réalité c'est une dégradation du service pour beaucoup d'usagers dans de nombreux quartiers, une augmentation du coût pour les usagers et les contribuables, une diminution de la vitesse des bus, une diminutions du nombre de passagers, une augmentations des bouchons, de la pollution  …. et des mensonges : Il n'y a pas de quoi être fier comme Monsieur Fousseret le déclare !!!

 

Serge GRASS

 

 

 

 

 

Nb de visiteurs:92156
Nb de visiteurs aujourd'hui: 51
Nb de connectés:1